Aux fourneaux

Publié le par Hephaistos639

C'est fou de voir qu'après des années d'évolution des moeurs, de changement de la société, de nouvelles façons de communiquer dans les médias, on arrive à ça : La femme dépensière, happée par la mode (sous entendu un peu cruchonne) qui ne s'occupe pas de son mari, lui même incapable de se faire à manger tout seul.

 

Ça doit être du second degré.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lullaby 20/07/2011 10:17



Eh oui, les clichés ont la vie dure ! Je lisais ce week end une interview d'un sociologue (tu vas me dire ce que tu en penses), qui expliquait que l'émancipation des femmes leur avait permis de
trouver de nouveaux rôles à remplir dans la société et qu'elles ne se cantonnaient plus au rôle maternel nourricier qui était le leur jusqu'aux 60'. Ca, on le sait déjà, mais là où c'était
intéressant, c'est qu'il expliquait que ces nouveaux rôles sociaux avaient corrélativement perturbé ceux des hommes, qui peinent aujourd'hui à trouver leur place dans la société et la
famille. Avant, ils étaient les chefs, les patriarches, les travailleurs, désormais ils partagent ces fonctions avec les femmes et en sont tout bouleversés, les pauvres choupinets !
Du coup, l'effet pervers de tout ça, c'est que, par réaction, on assiste à un retour à des principes et valeurs très machistes, les hommes recherchent leur place antérieure pour se rassurer
et ont besoin de "remettres les femmes à leur ancienne place", d'où les publicités toujours aussi machistes, d'où un refus de la galanterie, d'où un attrait plus grand pour des images
pornographiques rabaissant toujours plus la femme...


Vivement que vous trouviez votre place !



Hephaistos639 26/07/2011 20:26



"Pauvres choupinets" ça ne fait pas très sociologique mais sinon, je ne suispas vraiment d'accord avec son annalyse. J'ai plutot tendance à penser que les femmes ont
empiller ce nouveau role (vie active etc...) sans que pour autant, dans l'esprit collectif (donc dans la tête des hommes et des femmes), les
ancien role soient redistribués.


 


En gros, je rejoins "la domination masculine" de Bourdieu qui explique que la société évolue dans ce sens grace à un "consentement" commun (en fait, c'est plutot
l'education qui nous pousse à reprendre les même valeurs que celles de nos parents).


 


Pour ce qui est du porno, je ne suis pas sur que l'image de la femme fasse partie de l'équation : à mon avis, cette évolution est plus du à la facilité
d'acces.